mercredi 14 juin 2017

Entrée



Sur Frédéric Chopin 
Questions biographiques et historiques

La nationalité de Frédéric Chopin


Aperçus sur l'histoire de la Pologne et des relations franco-polonaises de 1770 à 1850

par 

Jacques Richard


Dernier article : 14 juin 2017



























308 Les Polonais dans la Légion étrangère 3 : listes nominatives (suite)

Quelques informations sur les Polonais dans la Légion étrangère en Espagne (1835-1838)


Classement : histoire ; réfugiés polonais en France ; guerre civile espagnole (1833-1840)




Troisième partie : La nationalité de Frédéric Chopin, notamment :


Ceci est une suite des pages

Dans la bibliographie concernant la Légion étrangère française dans la guerre civile espagnole de 1833-1840, je cite le livre de Paul Azan, La Légion étrangère en Espagne (Paris, Lavauzelle, ca 1905). On y trouve un certain nombre de documents nominatifs permettant de repérer une partie des Polonais présents dans la Légion étrangère à cette époque.
Je transcris ci-dessous les documents 32, 33, 42, 104 et 105.

Sommaire
Document n° 32 : « Etat nominatif des officiers polonais réfugiés en France qui ont demandé à faire partie du régiment polonais adjoint à la légion étrangère et dont le général Bernelle désire l’admission » (juin 1836)
Document n° 33 : « Etat nominatif de MM. les officiers venus de France pour faire partie du régiment de lanciers » (juin 1836)
Document n° 42 : « Les officiers des lanciers polonais de la légion au général Bernelle » (août 1836)
Document n° 104 : « Renseignements à consulter sur les officiers de la légion » (fin 1838)
Document n° 105 : Officiers demandant à rentrer en France (décembre 1838)
Document n° 106 : Officiers demandant à rester en Espagne (décembre 1838)

Document n° 32 (AHG, Affaires d’Espagne, carton 45), page 452
« Etat nominatif des officiers polonais réfugiés en France qui ont demandé à faire partie du régiment polonais adjoint à la légion étrangère et dont le général Bernelle désire l’admission »
Reproduction intégrale
« *Pogonowski, capitaine, Paris, rue Copeau, 22, officier du génie (quartier maître)
*Brzozowski, capitaine, Toulouse, officier d’artillerie
*Ujardowski (Vincent), capitaine, Villeneuve-sur-Lot
*Swydrinski (Louis), lieutenant, Paris, rue St-Honoré, 264
*Poninski (Henry), lieutenant, Beauvais (Oise)
*Stadnicki (Stanislas), lieutenant, Paris, à Chaillot, rue de Bataille, 16
*Piwowarski (Bronislaw), sous-lieutenant, Paris, rue Grenelle-Saint-Germain, 18
*Nierabitowski (Jérôme), sous-lieutenant, Amiens (Somme)
*Müller (Maurice), sous-lieutenant, Paris, rue Tivoli, 3
*Wodrynski (Antoine), sous-lieutenant, Paris, Faubourg Montmartre, Cité Bergère, 4
*Twardukowski (Eustache), sous-lieutenant, Froissancourt, près Breteuil-sur-Noye (Oise)
*Tittenbronn, sous-lieutenant, Bourganeuf (Creuse)
Je désire vivement voir arriver le plus tôt possible les officiers portés sur le présent état, en les prenant par ordre d’inscription ; surtout les deux premiers, l’un officier du génie, l’autre, officier d’artillerie. Le Général, Joseph Bernelle
Pampelune, le 11 juin 1836
Le Colonel général de la division auxiliaire française
J. Bernelle. »

Document n° 33 (AHG, Affaires d’Espagne, carton 45), page 453
« Etat nominatif de MM. les officiers venus de France pour faire partie du régiment de lanciers »
 « A Pampelune, le 12 juin 1836
Kraiewski (Henry), chef d’escadron
Horain (Michel), chef d’escadron
Przylinski (Stanislas), capitaine
Skarzysk (Vincent), capitaine
Woroniecki (Lucien), capitaine
Nalencz Borzewski (Calixte), capitaine
Pongowski (Clément), lieutenant
Bielinski (valérien), sous-lieutenant
Cieciszowski (Charles), sous-lieutenant
Le Maréchal de camp commandant la division auxiliaire française,
J. Bernelle »

Document n° 42 (Archives du général Bernelle. Imprimé dans l’Histoire de l’ancienne légion étrangère, p. 478-479), page 473
« Les officiers des lanciers polonais de la légion au général Bernelle »
Reproduction intégrale
« Pampelune, le 27 août 1836
Général,
Les officiers polonais, pleins de reconnaissance pour le touchant intérêt que vous avez pris à eux pendant votre commandement, viennent, pénétrés du regret de votre départ, vous offrir de partager la seule chose qu’ils aient pu conserver intacte après la perte de leur patrie, cette marque distinctive d’honneur dont ils ont décoré leurs poitrines dans les jours de gloire de la malheureuse Pologne.
Ils pensent, Général, que ce morceau de ruban ne peut être mieux placé que sur votre cœur, et ils espèrent que chaque jour, en le voyant, vous vous rappellerez votre dernière et glorieuse affaire du 1er août, dont l’éclat a si bien terminé votre noble tâche en Espagne.
Ils ont l’honneur d’être, etc.
Kraiewski, Horain, chefs d’escadrons ; Dumontez, major ; Wern, Ludochowski [Ludechowski], Skarzinski, Pagorski [Pongowski], Persluski |Przyluski], Woroniewski, capitaines. »

Document n° 104 (AAG, carton : légion étrangère), page 581 et suivantes
« Renseignements à consulter sur les officiers de la légion »
Sans date, mais établi à la fin de 1838 (note de Paul Azan). Il indique aussi que ces notes, bien que parvenues au ministère de la Guerre, ne sont pas officielles ; elles ont probablement rédigées par Bazaine (alors capitaine) de façon parfois excessives dans la critique. Il a procédé à la censure de certaines remarques inappropriées.
Notice des officiers polonais seulement. Le premier grade indiqué est celui atteint dans l’armée française, le second dans l’armée espagnole.
Page 584
« Borkaski (Jacques), Polonais. Lieutenant sortant de l’ex-légion. Capitaine de voltigeurs décoré de la Légion d’honneur. Bon capitaine de voltigeurs, s’est toujours distingué, n’est pas encore bien au courant de notre administration, mais sert avec zèle ; sans défauts. »
« Wern (Joseph-Séverin), Polonais. Capitaine sortant de l’ex-légion. Capitaine de voltigeurs. Brave, mais nul dans le service intérieur ; il est aimé de ses soldats et n’a qu’un seul défaut, de boire quelquefois. »
Page 585
« Wierzbinski (Severin-Jean), Polonais. Lieutenant sortant de l’ex-légion. Capitaine. Nul sous tous les rapports, a été souvent éloigné de son poste, conduite privée assez bonne. »
« Karaskewicz (Gaspard), Polonais. Lieutenant sortant de l’ex-légion. Capitaine. Assez brave, mais mauvais officier dans le service intérieur ; sans moral et cancanier. »
Page 586
« Iwanczewski, Polonais. Sous-lieutenant sortant de l’ex-légion. Capitaine. Officier ordinaire, conduite bonne. »
Page 592
« Mogilnicki (Alexandre), Polonais. Sergent. Lieutenant. Très jeune, mais d’une nullité complète, conduite assez bonne. »
« Mokzrecki (Louis), Polonais. Sergent. Lieutenant. Officier très ordinaire, conduite assez bonne. »

Document n° 105 (AAG, carton : légion étrangère), pages 596-598
« Division auxiliaire française
Légion étrangère
Madrid, le 26 décembre 1838
Etat nominatif de MM. Les Officiers qui, d’après l’ordonnance de S. M. la Reine en date du 8 décembre, demandent à rentrer en France pour être mis à la disposition de S. M. le Roi des Français, d’après l’article 3 du traité de cession passé à Paris, le 28 juin 1835, entre les gouvernements français et espagnol »
Seulement les Polonais
Page 596
« Wierzbinski (Séverin-Jean). Capitaine. Polonais. »
« Karazkewicz (Gaspard). Capitaine. Polonais. »
Page 597
« Mokzrecki (Louis). Lieutenant. Polonais. »

Document n° 106 (AAG, carton : légion étrangère), pages 599
« Division auxiliaire française
Légion étrangère
Madrid, le 26 décembre 1838
Etat nominatif de MM. Les Officiers qui, d’après l’ordonnance royale du 8 décembre, désirent continuer à servir l’Espagne. »
Aucun Polonais sur 8 noms.



Création : 14 juin 2017
Mise à jour :
Révision : 4 juillet 2017
Auteur : Jacques Richard
Blog : Sur Frédéric Chopin Questions historiques et biographiques
Page : 308 Les Polonais dans la Légion étrangère 3 : listes nominatives (suite)
Lien : http://surfredericchopin.blogspot.fr/2017/06/legion-espagne-listes-suite.html










mardi 13 juin 2017

307 Les Polonais dans la Légion étrangère 3 : listes nominatives

Quelques informations sur les Polonais dans la Légion étrangère en Espagne (1835-1838)


Classement : histoire ; réfugiés polonais en France ; guerre civile espagnole (1833-1840)




Troisième partie : La nationalité de Frédéric Chopin, notamment :



Ceci est une suite de la page

Dans la bibliographie, je cite le livre de Paul Azan, La Légion étrangère en Espagne (Paris, Lavauzelle, ca 1905). Il contient un certain nombre de documents nominatifs permettant de repérer une partie des Polonais présents dans la Légion étrangère à cette époque.
Je transcris ci-dessous ces documents.

Sommaire
*Document n° 7 : « Etat indiquant l’origine des officiers de la Légion étrangère » (mi-1835)
*Document n° 30 : « Etat de tiercement de MM. les officiers de la division à l’époque du 26 mai 1836 »
*Document n° 31 : « Tiercement de MM. les officiers de lancers et de la section d’artillerie » (26 mai 1836)

Document n° 7 (AHG, Affaires d’Espagne, carton 44), pages 407-411
« Etat indiquant l’origine des officiers de la Légion étrangère »
« A. Provenant des troupes françaises
Français (1ère catégorie) [pas de Polonais d'origine]
Etrangers (2ème catégorie) [pas de Polonais]
B. Provenant des troupes étrangères …
Français (3ème catégorie) [pas de Polonais d'origine]
Etrangers (4ème catégorie) [officiers marqués comme Polonais]
*Horain, chef de bataillon (service de Pologne)
*Tanski, capitaine (Pologne)
*Gaucz, lieutenant (Pologne)
*Josefowicz, lieutenant (Pologne)
*Wern, lieutenant (Pologne)
*Zarembecki, lieutenant (Pologne)
*Karazkewicz, lieutenant à la suite (Pologne)
*Zalbachowski, lieutenant à la suite (Pologne)
*Ludechowski, sous-lieutenant (Pologne)
*Wierzbinski, sous-lieutenant (Pologne)
*Borkacki, sous-lieutenant (Pologne)
*Kuezkowski, sous-lieutenant (Pologne)
*Iwanczewski, sous-lieutenant (Pologne)
*Sochacki, sous-lieutenant (Pologne) »
Donc 14 Polonais sur une liste de 51 noms.
Il est indiqué ensuite que « Josefowicz (Victor) » a été « tué dans le combat livré aux Arabes, près d’Oran, le 28 juin 1835.
Remarques
Ce document n’est pas daté, mais il a été établi peu avant l’envoi de la Légion en Espagne ; il indique en effet notamment quels officiers ont refusé cette nouvelle affectation (aucun des Polonais n’est concerné).

Document n° 30 (AHG, Affaires d’Espagne, carton 44), pages 448-451
« Etat de tiercement de MM. les officiers de la division à l’époque du 26 mai 1836 »
J’indique seulement les officiers ayant un nom polonais ou désignés comme Polonais dans la liste du document n° 7. Chaque bataillon comprend plusieurs compagnies d'infanterie, une compagnie de grenadiers, une compagnie de voltigeurs. Chaque compagnie a trois officiers : un capitaine, un lieutenant, un sous-lieutenant.
Etat-major : Horain (Thadée), lieutenant-colonel, chef d’état-major…
1er bataillon
1ère compagnie : …. Moginicki, sous-lieutenant
4ème compagnie : Kuezkowski, capitaine…
2ème bataillon
3ème compagnie : … Karasewicz, lieutenant…
Voltigeurs : Gaucz, capitaine…
3ème bataillon
1ère compagnie : …. Pawlowski, sous-lieutenant
2ème compagnie : …. Zbikowski, sous-lieutenant
3ème compagnie : …. Mokrzecki, sous-lieutenant
4ème bataillon
3ème compagnie : …. Iwanczewski, lieutenant…
4ème compagnie : …. Sochacki, lieutenant…
5ème bataillon
4ème compagnie : …. Golembiowski, lieutenant…
6ème bataillon
1ère compagnie : .... Zalbachowski, lieutenant…
Voltigeurs : Borkacki, capitaine…
Dépôt principal : pas d’officier polonais
Remarques
Ce document correspond à la période du « mélange » des nationalités

Document n° 31 (AHG, Affaires d’Espagne, carton 44), page 451
« Tiercement de MM. les officiers de lancers et de la section d’artillerie »
Texte intégral du document
« Etat-major
N…, lieutenant-colonel
Horain (Michel), chef d’escadron
Tous les autres grades en vacance.
1er escadron
Ludechowski, capitaine en 1er
Skarzynski, capitaine en 2e
Favre, lieutenant en 1er
Sawicki, lieutenant en 2e
Bielinski, sous-lieutenant
N…, sous-lieutenant
2e escadron
Wern, capitaine en 1er
Zarembecki, capitaine en 2e
Bernelle, lieutenant en 1er
Rockicki, lieutenant en 2e
Dreux, sous-lieutenant
N…, sous-lieutenant
3e, 4e, 5e et 6e escadron
Tous les grades en vacance
Officiers à la suite en attendant la formation des autres escadrons
Nalencz Borzewski (Calixte), capitaine
Woroniecki (Lucien-Georges), capitaine
Przyluski (Stanislas), capitaine
Section d’artillerie
N…, capitaine
Rousset, lieutenant
Reilk, sous-lieutenant
A Pampelune, le 26 mai 1836
Le Maréchal de camp commandant la division auxiliaire française,
J. Bernelle »
Remarques
Un certain nombre d’officiers ne sont pas nommés, leur nom est remplacé par « N… ».
On constate que les officiers du régiment des lanciers sont principalement, quoique pas exclusivement, polonais.
*11 noms polonais
*4 noms français : Bernelle, Dreux, Favre, Rousset
*1 nom peut-être allemand : Reilk (mais Wern est désigné comme Polonais dans le document n° 7 et on sait que les « Horain » sont polonais)
*4 noms occultés.


Création : 13 juin 2017
Mise à jour : 14 juin 2017
Révision : 4 juillet 2017
Auteur : Jacques Richard
Blog : Sur Frédéric Chopin Questions historiques et biographiques
Page : 307 Les Polonais dans la Légion étrangère 3 : listes nominatives
Lien : http://surfredericchopin.blogspot.fr/2017/06/polonais-espagne-listes.html










lundi 12 juin 2017

306 Le périodique Kronika Emigracii Polskiej : présentation

Quelques informations sur le périodique Kronika Emigracii Polskiej fondé en 1834


Classement : histoire ; réfugiés polonais ; presse polonaise en France ; Pologne ; France




Troisième partie : La nationalité de Frédéric Chopin, notamment :



Ceci est un complément aux pages consacrées aux articles de Louise Rapacka (lienet Ludwik Gorcel (liensur les périodiques polonais en France (1832-1833).
Ce périodique-ci n’y est pas cité, étant postérieur à la période étudiée.

Référence
*Kronika Emigracii Polskiej [Chronique de l'Emigration polonaise], Paris, Pinard (1834-1836), Maulde et Renou (1837-1839)
Orthographe d'époque, légèrement différente de l'actuelle (utilisée dans les notices ci-dessous).

Notices
*Site Polska Prasa (lien)
« Kronika Emigracji Polskiej to konserwatywne czasopismo ukazujące się w Paryżu od 1834 do 1839. Po latach zastąpił ją Trzeci Maj (1839-1848). »
Traduction
« La Kronika Emigracji Polskiej est un périodique conservateur publié à Paris de 1834 à 1839. Au bout de quelques années, elle fut remplacée par le périodique Trzeci Maj (1839-1848). »
Notes
*Trzeci Maj [Le Trois Mai] : le 3 mai 1791, date de la première constitution polonaise

*Site Eduteka (lien)
« Kronika Emigracji Polskiej, czasopismo, wyd. w Paryżu nieregularnie 1834 (od 3 IV) - 1839 (t. 1-8), red. przez S. Kunatta i K. Bronikowskiego, nast. K.B. Hoffmana* i K. Sienkiewicza* (właściwy red. 1836-38), polit. organ obozu A. J. Czartoryskiego, który przewodniczył Komitetowi Red. (istniał do 1837), w okresie sporów wewn. reprezentujący umiarkowany odłam stronnictwa. W niewielkim dziale lit. zamieszczano informacje o ruchu wydawn. w kraju i na emigracji oraz noty recenzyjne, m. in. pochwalne o Poselstwie z ziemi ucisku K. Brodzińskiego, Kirdżalim M. Czajkowskiego, Pamiątkach Soplicy H. Rzewuskiego, dość kryt. o Słowackiego Anhellim (1838; poeta replikował drwiną w Beniowskim, pieśń I, w. 761-776) i Poemacie Piasta Dantyszka o piekle (1839).
Maria Straszewska, Życie literackie Wielkiej Emigracji we Francji 1831-1840, 1970. »
Traduction
« La Kronika Emigracji Polskiej est un périodique publié de façon irrégulière à Paris du 3 avril 1834 à 1839 (tomes 1 à 8), rédigé par S. Kunatta et K. Bronikowski, puis par Charles Borromée Hoffman* et Charles Sienkiewicz* (rédacteur principal de 1836 à 1838), organe politique de la tendance d’Adam Jerzy Czartoryski, qui présidait le Comité de rédaction (existant jusqu’en 1837), durant la période de conflits internes, représentant une fraction modérée de l’opinion. Pour une part limitée, étaient proposées des informations sur le mouvement de l’édition au pays et dans l’émigration ainsi que des notes critiques, parmi lesquelles les éloges du Message de l’oppression de Charles Brodzinski, de Kirdżali de Michel Czajkowski, des Pamiątkach Soplicy de Henri Rzewuski et celles moins favorables pour les poèmes de Slowacki Anhelli (1838 ; le poète répliqua par une raillerie dans le poème Beniowski, I, 761-776) et Piast Dantyszek (1839).
Marie Straszewska, La Vie littéraire de la Grande Emigration en France (1831-1840), 1970 »
Notes
*Charles Borromée Hoffman (Karol Boromeusz Hoffman, 1798-1875)
*Charles Sienkiewicz (Karol Kazimierz Sienkiewicz, 1793-1860)

Les 8 tomes de la Kronika Emigracii Polskiej
Tome I (1834)
Lien Google Books
Adresse :
Impression : Pinard, 15, quai Voltaire

Tome II (1834)
Lien Google Books
Adresse :
Impression : Pinard, 15, quai Voltaire

Tome III (1835)
Lien Google Books
Adresse :
Impression : Pinard, 15, quai Voltaire

Tome IV (1836)
Lien Google Books
Adresse :
Impression : Pinard, 15, quai Voltaire

Tome V (1837)
Lien Google Books
Adresse :
Impression : Maulde et Renou, 9, rue Bailleul

Tome VI (1837)
Lien Google Books
Adresse :
Impression : Maulde et Renou, 9, rue Bailleul

Tome VII (1838)
Lien Google Books
Adresse :
Impression : Maulde et Renou, 9, rue Bailleul

Tome VIII (1839)
Lien Google Books (identique au précédent ; aller en dernière page du tome VII (p. 388), en milieu de volume)
Adresse :
Impression : Maulde et Renou, 9, rue Bailleul



Création : 12 juin 2017
Mise à jour : 13 juin 2017 (traduction)
Révision : 4 juillet 2017
Auteur : Jacques Richard
Blog : Sur Frédéric Chopin Questions historiques et biographiques
Page : 306 Le périodique Kronika Emigracii Polskiej : présentation
Lien : http://surfredericchopin.blogspot.fr/2017/06/kronika-emigracii-polskiej.html









dimanche 11 juin 2017

305 Les Polonais dans la Légion étrangère 2 : l'Espagne (1835-1838)

Quelques informations sur le rôle des réfugiés polonais dans la Légion étrangère, principalement sous la monarchie de Juillet : la guerre civile espagnole de 1833-1840


Classement : histoire ; Pologne ; France ; Espagne ; réfugiés




Troisième partie : La nationalité de Frédéric Chopin, notamment :



Après un aperçu du rôle des Polonais dans la Légion étrangère en Algérie, j’étudie ci-dessous leur implication dans la guerre carliste espagnole des années 1830.

Sommaire de la page
Bibliographie
Origines de la guerre carliste
La Quadruple Alliance et l’implication de la France dans la guerre carliste
La cession de la Légion à l’Espagne ; le régiment des lanciers polonais
Les opérations de la Légion en Espagne
La fin de la guerre carliste
Polonais ayant servi pendant la guerre civile espagnole
Le chant de la Légion en Espagne

Bibliographie
*La Légion étrangère Histoire et dictionnaire, Laffont/Ministère de la Défense, « Bouquins », 2013, notamment l'article « Les Polonais dans la Légion étrangère au XIXème siècle » (pp. 699-702)
Sur la guerre carliste
*Paul Azan, La Légion étrangère en Espagne, Paris, Lavauzelle, [1907]
Cet ouvrage est repris sur une page du site AALE du Calvados
et, de façon plus sommaire, sur le site de la Légion étrangère
**La Légion étrangère et la campagne d’Espagne 1835-1839:
*Jan Kieniewicz, « El Extranjero en Espagne au temps de la première guerre carliste : l’expérience d’une dissonance dans un conflit minoritaire », dans Claude Dumas et Jacqueline Covo (éd.), Minorités et marginalités en Espagne et en Amérique Latine au XIXe siècle, Lille, PUL, pages 59-72 (lien page 70)
En espagnol
*Julio Arostegui, Jordi Canal et Eduardo Calleja, El Carlismo y las guerras carlistas, Madrid, El Esfero de los libros, 2011, chapitre 2, pages 49-66 (l’ouvrage ne parle pas des Polonais, et à peine des Légionnaires, mais donne une vue assez détaillée des opérations de guerre et des circonstances politiques)
En polonais
*Robert Bielecki, Polacy w Legii Cudzozemskiej 1831-1879 [Les Polonais dans la Légion étrangère], Varsovie, ??

Les origines de la guerre carliste
Il s'agit d’un conflit survenu après la mort du roi d’Espagne Ferdinand VII entre son épouse Marie-Christine, régente pour le compte d’Isabelle II (née en 1830), soutenue par les royalistes modérés et les libéraux/centralisateurs, et son frère Charles (don Carlos), successeur désigné jusqu’à la naissance d’Isabelle, à la tête des royalistes radicaux (et soutenu par les Etats de la Sainte Alliance). Peu après la mort de Ferdinand, plusieurs soulèvements carlistes ont lieu et dès la fin de l’année 1833, un état de guerre civile est en place, les carlistes étant surtout présent au Pays basque/Navarre, secondairement en Catalogne, Aragon et Valence.
Notes
*Ferdinand VII (1784-1833), roi d’Espagne de 1814 à 1833
*Marie-Christine de Bourbon-Siciles (1806-1878), reine d’Espagne de 1829 à 1833, régente de 1833 à 1840
*Isabelle II (1830-1904), fille des précédents, reine d’Espagne de 1833 à 1868
*Charles de Bourbon (1788-1855), frère de Ferdinand

La Quadruple Alliance ; l’implication de la France dans la guerre carliste
Dès 1834, les Espagnols sont autorisés à quitter la Légion étrangère française pour aller combattre dans leur pays (le 7ème bataillon devient alors le 4ème)
Le 28 janvier 1835 la France, le Royaume-Uni, l’Espagne et le Portugal (où les libéraux viennent de l’emporter dans une autre guerre civile) signent une convention, la « Quadruple Alliance », afin d’organiser le soutien au gouvernement de Madrid. Une des conséquences est la mise au service de la régente de la Légion étrangère française (du côté britannique, il y aura une Légion de volontaires).

La cession de la Légion à l’Espagne ; le régiment des lanciers polonais
En juin 1835, Louis-Philippe détache la Légion de l’armée française ; elle passe officiellement au service du gouvernement espagnol, est intégrée dans l’armée espagnole ; le colonel Bernelle est fait général de brigade de cette armée.
Sur le plan de l’organisation, Bernelle commence par mixer les bataillons ; puis en 1836, il étoffe son corps en adjoignant aux bataillons de combat des unités spécialisées (dépôt, ambulance, génie, artillerie de montagne) ; puis il crée une unité nationale : le régiment des lanciers polonais (doté de 3 escadrons), d'abord commandé par Thaddée Horain, puis par le lieutenant-colonel Kraiewski.
La recréation d’une unité polonaise amène un certain nombre de réfugiés à solliciter leur engagement au cours de l’année 1836 (c’est le cas, par exemple, d’Antoine Wodzinski).
A noter que, dès la fin de 1835, le gouvernement français reforme une Légion étrangère en France, désignée comme « Nouvelle Légion » ou « Deuxième Légion ».
En août 1836, Bernelle quitte son poste ; il est remplacé successivement par le lieutenant-colonel Lebeau ; par le colonel Joseph Conrad (lui aussi fait général de brigade espagnol) (décembre 1836-juin 1837) ; enfin par le commandant André Ferrari (fait lieutenant-colonel, puis colonel espagnol)
La Légion est licenciée par la régente à la fin de 1838 ; ses restes sont ramenés par Ferrari à Pau en mars 1839.

Les opérations de la Légion en Espagne
La Légion quitte l’Algérie pour Palma de Majorque, puis arrive à Tarragone en août 1835.
Les carlistes se retranchant dans leurs fiefs montagnards (Pays basque, Pyrénées, Catalogne), la stratégie générale de l’armée espagnole est de les contrôler grâce à des bases le long de la ligne Bilbao-Vitoria-vallée de l’Ebre, sans être elle-même en mesure de lancer d’offensive.
La Légion participe à différentes batailles, notamment dans la sierra Arlabon près de Vitoria.
Un peu plus tard, la Légion est envoyée dans la vallée de l’Arga (Zubiri, Larrasoana).
On peut aussi noter les combats suivants : Larrainzar (mars 1837), Huesca (mai 1837), Barbastro (2 juin 1837), marqué par la mort du général Conrad.

La fin de la guerre carliste
En 1839-1840, l’armée espagnole parvient à dominer la situation ; la guerre prend fin au Pays basque/Navarre avec le traité de Vergara, qui garantit aux combattants carlistes prêts à cesser le combat un certain nombre d’avantages. En 1840, les dernières résistances (en Catalogne) sont surmontées.
De nombreux carlistes se réfugient en France (don Carlos est assigné à résidence à Bourges). En même temps, Marie-Christine abandonne la régence au général Espartero et part elle aussi en exil.

Polonais ayant servi en Espagne
Personnalités
*Antoine Wodzinski, dont le cas est bien connu, puisqu’il s’agit d’un proche de Frédéric Chopin. Wodzinski est blessé au cours du combat de Huesca.
*Thaddée Horain (supra et page A propos de la famille Horain)

Le chant de la Légion en Espagne
C’est le plus ancien chant de la Légion (paroles de ??, air de La Sentinelle d’Alexandre Choron)
On remarque les Polonais sont le seul peuple explicitement nommé (deuxième strophe)

Nobles proscrits, ennemis des tyrans,
Réfugiés de tous les points du monde ;
La liberté vous ouvre d'autres champs,
Où le canon d'un peuple libre gronde.
Son bruit par l'orage,
Ebranle la vieille Ibérie.
Combattez pour la liberté,
Vous reverrez votre patrie.

Au premier rang, Polonais généreux !
Marchez, l'honneur vous vit toujours fidèle :
Pour vous guider, déjà du haut des cieux,
Votre aigle blanc a déployé ses ailes.
La vierge libre a répété,
En abandonnant Varsovie :
Combattez pour la liberté,
Vous reverrez votre patrie.

Enfants du Rhin, si fiers d'être Français,
En vain les rois ont posé des barrières ;
Rappelez-vous qu'en des jours de succès
La France libre avait d'autres frontières.
L'arbre du peuple est replanté
Guerre à mort à la tyrannie !
Combattez pour la liberté,
Vous reverrez votre patrie.

Du Sud au Nord, bravant tous les climats,
O Légion ! Tu portes ta bannière,
Quand l'univers connaîtra tes soldats,
Tu dois enfin cesser d'être étrangère ;
Tes fils auront droit de cité
Sur une terre rajeunie ;
Tous les peuples en liberté
Leur offriront une patrie.



Création : 11 juin 2017
Mise à jour : 13 juin 2017 (bibliographie ; lien page à suivre)
Révision : 4 juillet 2017
Auteur : Jacques Richard
Blog : Sur Frédéric Chopin Questions historiques et biographiques
Page : 305 Les Polonais dans la Légion étrangère 2 : l'Espagne (1835-1838)
Lien : http://surfredericchopin.blogspot.fr/2017/06/legion-etrangere-espagne.html